Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur le Soudan

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’octobre, M. Martin Kimani (Kenya).

Les membres du Conseil ont demandé la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées par les autorités militaires

Les membres du Conseil de sécurité se sont déclarés gravement préoccupés par la prise de pouvoir militaire intervenue au Soudan le 25 octobre, la suspension de certaines institutions de transition, la déclaration de l’état d’urgence ainsi que l’arrestation du Premier Ministre Abdalla Hamdok et d’autres membres civils du gouvernement de transition. 

Les membres du Conseil ont demandé la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées par les autorités militaires et pris note à cet égard du retour annoncé du Premier Ministre Hamdok dans sa résidence. Ils ont exhorté toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue et à s’abstenir de recourir à la violence.  Ils ont souligné l’importance du plein respect des droits humains, notamment le droit de réunion pacifique et la liberté d’expression. 

Les membres du Conseil de sécurité ont appelé les autorités militaires soudanaises à rétablir le gouvernement de transition dirigé par des civils conformément au Document constitutionnel et aux autres documents fondateurs de la transition. Ils ont exhorté toutes les parties prenantes à engager un dialogue sans conditions préalables afin de permettre la mise en œuvre intégrale du Document constitutionnel et de l’Accord de paix de Djouba, qui servent de base à la transition démocratique du Soudan. 

Les membres du Conseil ont exprimé leur solidarité avec le peuple soudanais et affirmé leur volonté d’aider le Soudan à réaliser sa transition démocratique de manière à concrétiser les espoirs du peuple soudanais, qui aspire à un avenir inclusif, pacifique, stable, démocratique et prospère. Ils ont souligné que toute tentative visant à saper la transition démocratique au Soudan mettait en péril la sécurité, la stabilité et le développement du pays. Ils ont réaffirmé leur ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’intégrité territoriale et à l’unité nationale de la Libye. 

Les membres du Conseil ont fait part de leur appui résolu aux efforts régionaux et sous-régionaux, notamment à ceux que déploient l’Autorité intergouvernementale pour le développement, l’Union africaine et la Ligue des États arabes, et souligné combien leur engagement constant au Soudan était important.  À cet égard, ils ont pris note du communiqué publié le 26 octobre 2021 par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine [PSC/PR/COMM.1041 (2021)]. 

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur plein soutien à la Mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan dans le cadre de l’exécution de son mandat. 

Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur intention de continuer à suivre de près la situation au Soudan.

SC/14678 – 28 OCTOBRE 2021

Nos archives : L’armée soudanaise reprend provisoirement le pouvoir

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.