La colère des Birmans ne faiblit pas

Des centaines de milliers de personnes ont encore défilé en fin de semaine faisant face aux militaires Birmans qui ont pris le pouvoir depuis le 1er février 2021.

Mya Thwate Thwate Khaing une icône de la résistance

Trois semaines après le coup d’état militaire, la colère des Birmans est toujours aussi forte et cela malgré les deux morts du 20 février 2021.

L’armée birmane n’accepte pas le résultat des législatives du 8 novembre 2020, remportées par la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), d’Aung San Suu Kyi. Son parti a obtenu la majorité absolue dans les deux chambres du Parlement. 

Les militaires ont pris le pouvoir le 1er février 2021, ils ont assigné à résidence, dans son logement de fonction à Naypyidaw, Aung San Suu Kyi, celle qui représente l’ouverture à la démocratie en Birmanie.

Depuis cette date la colère des Birmans ne faiblit pas. Des centaines de milliers de personnes ont encore défilé en fin de semaine faisant face aux militaires Birmans. Ils ont notamment rendu hommage, dimanche, à la première victime de la répression militaire, Mya Thwate Thwate Khaing, devenue une icône de la résistance anti-junte.

Les funérailles de Mya Thwate Thwate Khaing, blessée par balles à la tête et décédée le 19 février, ont eu lieu dans la périphérie de la capitale Naypyidaw, en présence de plusieurs milliers de personnes.

Archives

Les militaires prennent le pouvoir en Birmanie

Myanmar les forces de sécurité dérapent

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.