L’État islamique d’Iraq et du Levant-Khorassan, document ONU

Treizième rapport du Secrétaire général sur la menace que représente l’EIIL (Daech) pour la paix et la sécurité internationales et sur l’action menée par l’Organisation des Nations Unies pour aider les États Membres à contrer cette menace.

Conseil de Sécurité de l’ONU, 27 juillet 2021

L’État islamique d’Iraq et du Levant-Khorassan a étendu sa présence dans plusieurs provinces d’Afghanistan, malgré les pertes subies en 2020 sur les plans humains, financiers et de la direction. Il a renforcé ses positions à Kaboul et alentour, s’en prenant au cours de ses attaques aux minorités, aux acteurs de la société civile, aux agents de l’État et aux membres des Forces nationales de défense et de sécurité afghanes.

Plus récemment, Daech a revendiqué la responsabilité de l’attaque brutale du 8 juin au cours de laquelle 10 démineurs humanitaires avaient été tués et 16 autres blessés dans la province de Baghlan.

Un des principaux risques recensé par les États Membres est que des militants en Afghanistan, qu’il s’agisse des Taliban ou d’autres, se joignent au groupe affilié à Daech s’ils se sentent aliénés ou menacés par l’évolution du processus de paix afghan.

Au cours des tentatives de se regrouper et de se reconstituer, Daech en Afghanistan a donné la priorité au recrutement et à la formation de nouveaux partisans. Ses chefs espèrent également attirer des Taliban et autres militants inflexibles, qui rejettent l’accord signé entre les États-Unis d’Amérique et les Taliban, et recruter des combattants originaires de l’Iraq, de la République arabe syrienne et d’autres zones de conflit.

Les estimations relatives aux effectifs du groupe affilié à Daech varient considérablement, un État Membre faisant état de 500 à 1 500 combattants, tandis qu’un autre affirme qu’ils pourraient se chiffrer à 10 000 à moyen terme. Un État Membre a indiqué que Daech en Afghanistan était en grande partie souterrain et clandestin.

Hier, 26-8-2021, ils ont revendiqué l’attentat à l’aéroport de Kaboul.

Archives

Afghans et soldats américains visés par plusieurs explosions à Kaboul

Note

L’Islamic State of Khorasan Province (ISKP) est présent depuis la fin de l’année 2014 dans la province de Nangarhar et a contrôlé une grande partie du district de Kot de 2015 au printemps 2017. La population civile du district de Kot a été soumise à la propagande et aux règles de Daech et victime de violences.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.