Le couple franco-allemand a imposé un accord de relance à toute l’Europe

L’art de la négociation est de mettre la barre assez haut au départ pour pouvoir lâcher du lest ensuite.

Pour la première fois l’Europe accepte une dette commune de 390 milliards

Le président du Conseil européen Charles Michel était fier d’annoncer la conclusion d’un plan de relance de 750 milliards d’euros adossé à un budget à long terme (2021-2027) prévoyant une dotation de 1074 milliards d’euros, soit 154 milliards d’euros par an. Pour la première fois l’Europe accepte une dette commune de 390 milliards.

Berlin et Paris avaient mis la barre assez haut, 500 milliards de subventions pour aboutir in fine à 390 milliards et 360 milliards de prêts potentiels. L’art de la négociation est justement de mettre la barre assez haut au départ pour pouvoir lâcher du lest ensuite.

Notons que plusieurs pays comme les Pays Bas ou l’Autriche ont obtenu une réduction de leurs contributions qui ne représentent qu’une petite partie du budget européen.