Les catégories socioprofessionnelles en France : ouvriers

La version actuelle de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS-2003) est le fruit du travail de rénovation accompli sur la nomenclature en vigueur depuis 1982.

Ouvriers : catégorie 6

Le groupe ouvrier est structuré par une série d’oppositions. La qualification instituée dans les conventions collectives, est en étroite corrélation avec de nombreuses variables, comme le sexe, l’origine sociale, la formation ou le salaire. Toutes ces variables permettent d’établir une gradation des métiers ouvriers, des professionnels d’entretien aux ouvriers non qualifiés des industries légères et aux ouvriers agricoles.

Deuxième clivage, l’opposition entre travail industriel et travail de type artisanal, qui a été introduite dans la nouvelle nomenclature. La gestion réglée du travail industriel se traduit par une plus grande stabilité de l’emploi et un alignement des horaires sur la durée légale.

Si la différence entre ouvriers et employés parait évidente parce qu’on a en tête les positions extrêmes, la frontière entre les deux groupes n’est pas facile à tracer. Ainsi les chauffeurs et les cuisiniers sont aux limites du groupe ouvrier, et s’opposent aux ouvriers de production de la grande industrie ou aux ouvriers du bâtiment qui en constituent le noyau.

Cet article peut vous intéresser : catégorie 5

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.