Nouveau dérapage de Macron à la veille de l’Acte 9

A l’image du Ministre de l’Intérieur qui considère que tous ceux qui participent aux manifestations sont complices des violences, Emmanuel Macron tance certains concitoyens en indiquant que « trop de français n’ont pas le sens de l’effort. »

Les provocations gouvernementales à la veille des manifestations conduiront au drame.

Que se passe- t- il au niveau du président de la République française et du gouvernement ?

La semaine passée le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux provoquait les possibles manifestants en les traitants d’agitateurs.

Cette semaine, le Ministre de l’Intérieur considère que tous ceux qui participent aux manifestations sont complices des violences.

Et la dernière d’Emmanuel Macron montre la déliquescence des dirigeants de notre pays puisqu’il vient d’indiquer “Trop de Français n’ont pas le sens de l’effort, ce qui explique en partie les «troubles » que connaît le pays.

Les provocations gouvernementales à la veille des manifestations conduiront au drame, les responsables se reconnaitront car ils ne cessent de mettre de l’huile sur le feu.

Les Français sont de plus en plus «méfiants voire dégoûtés » de la politique en général, selon un baromètre du Cevipof publié ce vendredi 11 janvier 2019 dans Le Figaro, faut- il s’en étonner ?

Les phrases polémiques de Macron

Les propos successif du ministre et puis du président Macron ont été vécus souvent comme des humiliations et ont contribué au climat actuel de violence. Voici quelques-unes de ses phrases humiliantes :
17 septembre 2014 : Sur les dossiers que j’ai, il y a la société Gad. Vous savez ? Cet abattoir. Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées.
15 octobre 2014 inauguration d’une ligne de car : Les pauvres pourront voyager plus facilement
7 janvier 2015 : Il faut dans ce pays des jeunes qui ont envie de devenir milliardaires.
27 mai 2016 : Le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler.
29 juin 2017 : Une gare, c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien.
8 septembre 2017 : Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes.
12 juin 2018 : On met un pognon de dingue dans les minima sociaux.
29 août 2018 : Ce peuple luthérien, qui a vécu les transformations de ces dernières années, n’est pas exactement le Gaulois réfractaire au changement ! Encore que !

15 septembre 2018 : “Il suffit de traverser la rue pour trouver un travail” dit le président à un jeune chômeur…

11 janvier 2019 : Trop de Français n’ont pas le sens de l’effort, ce qui explique en partie les «troubles » que connaît le pays.