Le Qatar, les politiques et les français

Les français partagent-ils les propos de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, qui qualifie de « franche » et « saine » la relation entre la France et le Qatar ?

 Globalement, le Qatar est loin des préoccupations des français.

Deux pays peuvent avoir des relations économiques « intéressantes », mais pour autant vivre dans deux mondes totalement différents.

Qu’un ministre de la défense, d’un pays comme la France, qualifie la relation économique entre le Qatar et notre pays de « franche » et « saine » au moment où des affaires commerciales sont en cours, cela peut se comprendre. Mais exprime-t-il plus largement la façon de voir des français ?

Observateur assidu, depuis trois ans, de ce petit bout de sable de la péninsule arabique, nous indiquons régulièrement que si l’image du Qatar auprès de la plus part des politiques est correcte, cette image est désastreuse auprès de la population française. Ce ne sont pas quelques « cercles et associations » où se rencontrent les élites, ni même quelques agences de communications qui changeront la perception du Qatar, si éloigné culturellement et démocratiquement de la France.

Si nous donnions la parole « aux Marongiu qui attendent leur père ou leur mari », injustement retenu en prison, ils pourraient vous dire comment la justice qatarienne traite les français et parfois même les qatariens. Plus grave encore et l’aveuglement face au système du Kafala qui asservi l’être humain et le rend totalement dépendant de son « maître ».

On peut comprendre qu’il faille du temps pour passer du Moyen Age à notre époque, mais les signaux qui nous parviennent du Qatar montrent que s’il y a des avancées pour s’insérer dans le monde moderne on constate encore un fossé entre les qatariens et les expatriés et ce fossé se creuse de plus en plus. Et puis, globalement, les français méconnaissent le Qatar et ne font que peu confiance aux politiques. Le Qatar est bien loin des préoccupations des français.