Erreur historique de Ryad du 7 mars 2014

En classant les frères musulmans comme organisation « terroriste » l’Arabie saoudite commet une erreur historique mais surtout lourde de conséquences. Après l’Egypte en décembre, l’Arabie saoudite hier sans doute d’autres pays comme les Emirats Arabes Unis et Bahreïn prochainement, l’obsession de la destruction totale de la Confrérie est en marche. On comprend mieux les pressions sur le Qatar.

L’histoire s’accélère dans le Golfe et au Moyen Orient

Ce 7 mars 2014 est une date dont il faut se souvenir car c’est un pas de plus dans l’escalade des relations entre l’Arabie saoudite, les Frères Musulmans et le Qatar. C’est France 24 qui annonce cette décision ce matin, « Les autorités saoudiennes ont fait savoir, vendredi, qu’elle considérait la confrérie des Frères musulmans comme une “organisation terroriste”, ainsi que les groupes djihadistes opérant en Syrie, dont l’EIIL et le Front al-Nosra.

Le 23 septembre 2013, c’est l’Egypte le premier qui avait classé les frères musulmans comme « organisation terroriste ». Pour interdire les manifestations du vendredi, qui se déroulent depuis la destitution par l’armée en juillet 2013 du président Morsi. Depuis cette date ce sont au moins 1400 morts qu’il faut comptabiliser et surtout une possibilité d’inquisition dans toute famille soupçonné d’appartenir à la confrérie des frères musulmans. Les portes du royaume d’Hadès se sont ouvertes en Egypte.

On comprend mieux les pressions sur le Qatar

Depuis plusieurs mois l’Arabie saoudite a mis en route un plan pour éliminer les frères musulmans alors que sur son propre territoire depuis des années aucun attentat n’est à déplorer réellement du fait de la Confrérie. Ce qui est reproché aux frères musulmans et au Qatar c’est de vouloir « changer les choses en place », du Golfe, au Moyen Orient et en  Afrique du Nord. En fait l’Arabie saoudite a tellement eu « peur » des idées du printemps arabe qu’elle veut éradiquer les hommes et les pensées qui pourraient le perpétuer. Ceci indique clairement, que ce n’est pas une simple escarmouche, que la montée au créneau contre le Qatar par l’Arabie saoudite et ses satellites. Les experts qui pensent que ces tensions ne sont qu’une grosse colère de l’Arabie saoudite pourraient se tromper. Ce pays est parti en guerre ouverte contre les frères musulmans et leur principal bailleur de fonds le Qatar.

On ne peut pas anéantir une pensée

Les frères musulmans sont avant tout une pensée en marche qui commet certainement des erreurs  et notamment lors de la gestion pendant un an de l’Egypte. Tout a été fait par l’armée et des forces étrangères qui se dévoilent aujourd’hui pour que ce soit un échec. L’histoire en général et celle de l’Egypte en particulier montre que même si c’est complexe il vaut mieux aller de l’avant que de retourner vers le côté sombre d’un pays.

Or en interdisant aux frères musulmans, toute activité et toute organisation qui en découle les autorités égyptiennes ont commis une grossière erreur. L’Arabie saoudite s’apprête à faire de même.

Nous assistons en direct dans l’indifférence générale à la création d’un foyer de mécontentement de près de 30 millions de personnes qui considèrent que puisque la légalité n’existe « plus » ils n’ont pas d’autres choix que de faire comme dans le passé et rentrer en « résistance » contre les pouvoirs en place.

Comme le disait l’apôtre Pierre « Toute chair est comme l’herbe et toute sa gloire comme la fleur de l‘herbe : l’herbe a séché et sa fleur est tombée, mais la Parole du Seigneur demeure éternellement »

Photo : Wikimedia.org