Qatar 1952 abolition de l’esclavage mais reste le parrainage

Wikipédia considère  que le parrainage (sponsor) est un reste de l’esclavage. Voici la phrase « 1952 : abolition de l’esclavage au Qatar. Mais la loi sur le parrainage est toujours en vigueur. Bien que d’autres pays du Golfe l’aient récemment abolie. »

Les maîtres s’opposèrent jusqu’au bout à cette abolition

Au début des années 1900 sur une population d’environ 13 000 personnes au Qatar il y avait 6 000 esclaves noirs dont 2 000  affranchis. Une bonne partie d’entre eux étaient nés en captivité. Si les femmes étaient des domestiques ainsi que quelques hommes, ceux-ci pour  l’essentiel avaient deux activités soit la pêche des perles soit ils servaient de gardes pour la famille Al Thani  au pouvoir.

Le Qatar jusqu’à 1971 ou il à acquis son indépendance était sous protectorat anglais. Il fallut toute la volonté des anglais pour que cet esclavage fût aboli en 1952. Les maîtres jusqu’au bout s’opposèrent à cette abolition qui était pour eux une opportunité économique… Ils purent toutefois sauvegarder l’idée d’un parrainage notion largement étendue dans le Golfe. Il se dit que cheikh Ali ben Abdalla Al Thani qui dirigeait le Qatar en 1952 dû octroyer une compensation financière pour chaque esclave libéré. Une partie d’entre eux furent vendus à l’Arabie saoudite et à l’Emirat d’Oman qui respectivement abolirent l’esclavage  en 1968 et en 1970, Bahreïn l’avait aboli en 1937 et le Koweït en 1949. Et en ce qui concerne le parrainage  à ce jour le seul pays à l’avoir aboli et Bahreïn.

 

Au Qatar les maîtres ne changent pas d’avis

Interrogés récemment les Qataris indiquaient que non seulement il ne fallait pas supprimer le « sponsor » appelé aussi « kafala » mais qu’il fallait le renforcer. Ceux qui pensent que c’est un esclavage moderne mais « light » déchantent lorsqu’ils ont des difficultés avec leurs employeurs. L’affaire des 4 français retenus malgré eux montre que cette situation intolérable à notre époque touche aussi bien les salariés que les employeurs qui travaillent sous l’autorité du sponsor. En 2010 l’ONU appelait les pays du golfe à cesser le système du sponsor, depuis rien n’a bougé.