Echec du recrutement des médecins urgentistes dans la Vienne et ailleurs

Sur le territoire départemental, la Vienne, il faudrait 60 médecins urgentistes pour faire tourner les quatre sites (Poitiers, Loudun, Châtellerault, Montmorillon). Or, nous en avons 40… 

Les politiques et la Sécurité sociale n’ont pas été à la hauteur

Les services d’urgence font face à une pénurie de plus en plus grandissante de médecins titulaires, mal compensée par des intérimaires aux compétences parfois grossièrement ajustées.

Force est de constater que les politiques qui ont dirigé la France, depuis les années 80, n’ont pas anticipé correctement l’évolution du métier de médecin et particulièrement celui d’urgentiste.

La Nouvelle République produit un article, en date du jeudi 20 mai 2022, Urgences : « On fait tout pour fermer le moins possible ».

Voici un exemple parlant tenu par le Professeur Olivier Mimoz, responsable du service des urgences du CHU de Poitiers.

Sur le territoire départemental, la Vienne, il faudrait 60 médecins urgentistes pour faire tourner les quatre sites (Poitiers, Loudun, Châtellerault, Montmorillon). Or, nous en avons 40… 

Evidemment, on ne peut jeter la pierre aux responsables médicaux en place, ils font avec les moyens qu’on leur donne. L’échec cuisant des politiques et une mauvaise évaluation par la Sécurité sociale de la situation conduisent à un danger grave et imminent pour la population.

Il est dérangeant qu’aucune responsabilité ne soit engagée à l’encontre de ceux qui ont conduit la France dans cette impasse.

Archives de la Nouvelle République sur notre site

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.