Les caissières seront les premières sacrifiées après Covid-19

Le capitalisme financier pour survivre va tenter d’accélérer la révolution numérique qui impactera les organisations et emplois dans les mois et années à venir.

Pour tout remerciement, on vire

Le cynisme n’est rien d’autre que l’art de voir les choses comme elles sont plutôt que comme elles devraient être, (Oscar Wilde).

Bon nombre de capitalistes financiers se réfèrent à cet aphorisme d’Oscar Wilde pour défendre leurs idées. Ainsi en France, comme partout dans le monde ils préparent les lendemains à la crise sanitaire du Covid-19.

Le capitalisme financier pour survivre va tenter d’accélérer la révolution numérique qui impactera les organisations et emplois dans les mois et années à venir. Ainsi parmi les premiers sacrifiés il y aura les personnels des grands magasins comme les caissières.

Déjà dans le collimateur des ressources humaines, ces héroïnes de quelques mois qui nous ont permis, au péril de leur vie, de nous approvisionner en achats de première nécessité, seront éliminées et remplacées par des caisses automatiques encore plus sophistiquées qui attendent d’être installées. Les caisses automatiques pourront fonctionner à n’importe quelle heure et ne risquent pas d’attraper un coronavirus ou autre maladie, en principe.

Déjà des réflexions sont en cours pour s’attaquer à une autre catégorie de personnels, les soignants des hôpitaux et cliniques qui pourraient dans les années à venir être remplacés massivement par des matériels numériques. Ou encore, les chauffeurs routiers !

Le capitalisme ne fera aucun cadeau pour survivre, même à ceux qui ont combattus sans relâche le Covid-19. Pour tout remerciement, il va broyer et virer pour revenir plus vite et plus fort au « monde d’avant ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.