Le transport aérien des passagers gravement impacté par Covid-19

L’Association du transport aérien international (IATA) a mis à jour, ce 5 mars 2020, son analyse de l’impact financier de l’urgence sanitaire liée au nouveau coronavirus (COVID-19) sur l’industrie mondiale du transport aérien.

Des pertes de revenus entre 63 milliards $ et 113 milliards

L’analyse précédente de l’IATA (publiée le 20 février 2020) situait les pertes de revenus à 29,3 milliards $, en se basant sur un scénario selon lequel l’impact du COVID-19 serait confiné aux marchés associés à la Chine. Depuis lors, le virus s’est propagé à plus de 80 pays et les réservations ont été gravement affectées sur les routes au-delà de la Chine.

L’IATA prévoit maintenant que les pertes totales de revenus dans le secteur passagers en 2020 se situeront entre 63 milliards $ (selon un scénario dans lequel le COVID-19 serait limité aux marchés où il y avait plus de 100 cas en date du 2 mars) et 113 milliards $ (selon un scénario de propagation plus vaste du COVID-19). Il n’y a pas encore d’évaluation concernant le secteur du fret

Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA, a fait le commentaire suivant : « La tournure des événements résultant du COVID-19 est presque sans précédent. En un peu plus de deux mois, les perspectives de l’industrie dans une grande partie du monde sont devenues dramatiques. On ne sait pas exactement comment le virus va évoluer, mais nous sommes devant une crise, qu’il s’agisse d’un impact confiné à quelques marchés et de pertes de revenus de 63 milliards $ ou d’un impact plus large et de pertes de revenus de 113 milliards $.

Plusieurs compagnies aériennes réduisent leur capacité et prennent des mesures d’urgence pour réduire leurs coûts. Les gouvernements doivent en prendre acte. Les compagnies aériennes font de leur mieux pour poursuivre leurs activités puisqu’elles accomplissent la tâche essentielle de relier les économies du monde. Alors que les gouvernements examinent les mesures de relance, les compagnies aériennes ont besoin qu’on envisage des allègements en matière de fiscalité, de redevances et d’attribution des créneaux. Nous vivons des moments hors du commun. ».

Notre commentaire :

On se souvient qu’il y a quelques mois IATA élaborait des prévisions très favorables : L’année 2020 promet d’être un bon cru pour les compagnies aériennes selon la IATA. Le profit de l’industrie devrait atteindre 29,3 milliards de dollars en 2020 contre 25,9 milliards en 2019.

Désormais si Covid-19 venait à continuer les compagnies aériennes les plus faibles pourraient déposer leur bilan.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.