Charlie Hebdo attaqué

Le terrorisme s’en prend à un média français symbole de la libre expression. On déplore au moins 11 morts et de nombreux blessés. La sécurité remise en question. Hollande sur les lieux pour montrer la gravité de l’acte.

Ce 7 janvier 2015, le terrorisme fait son retour en France

Paris, 11e arrondissement, vers 11h30 deux hommes au moins armés de kalachnikov font éruption dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo et tirent sur tout ce qui bouge. On dénombre 9 morts et de nombreux blessés. En sortant, des coups de feu sont échangés avec des policiers présents sur les lieux pour protéger le journal depuis les caricatures du prophète  Mahomet. On dénombre deux morts parmi les policiers, les terroristes sont actuellement à 13h30 encore en fuite. Selon le journal Le Monde « les assaillants auraient crié « Allah Akbar » (« Dieu est grand ») au moment de tirer des coups de feu. Selon des témoins cités par des policiers, les agresseurs ont également crié « Nous avons vengé le prophète ».

Conséquences de cet acte terroriste, le plan Vigipirate est relevé au niveau “attentat” car cet acte peut ne pas être isolé. On peut s’interroger déjà sur l’efficacité du type de protection concernant Charlie hebdo qui ne permet pas d’empêcher des personnes étrangères de pénétrer dans les locaux.

Mise à jour 14h45

Le bilan risque de s’alourdir dans les heures à venir, une douzième victime est signalée. Parmi les morts Charb, Cabu, Tignous, et Wolinski, ceci ne peut pas être un hasard, mais démontrerait que les assaillants étaient en mission. On parle maintenant de trois agresseurs. Le président Hollande qui reçoit des messages des grandes capitales horrifiées par le geste, tient un conseil des ministres concernés par cet acte de terrorisme pour envisager les mesures adéquates. Il s’exprimera à 20 heures pour faire le point. Les forces de l’ordre sont toujours aux trousses des terroristes qui pour l’instant ont disparus dans la nature.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance pour assassinats et tentatives d’assassinats.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a condamné mercredi “avec la plus grande détermination” un acte “barbare”, “contre la démocratie et la liberté de la presse”,  selon le media Le Point.

Affaire en cours à suivre…