Marine Le Pen se trompe sur le Qatar

Faire le « buzz » est une chose, connaître son sujet c’est une autre histoire. Le Qatar en soutenant les Frères musulmans a essayé de proposer une autre solution au radicalisme islamique. Loin d’être un succès cette expérience mériterait d’être enrichie, mais elle n’a aucune chance tant que l’Arabie saoudite n’a pas fait son « aggiornamento ». C’est ce pays et les USA faiseurs de rois, qui ont les clés du futur du Moyen Orient. Mais sans doute Marine Le Pen se sent plus proche de l’Arabie saoudite que du Qatar.

Le Qatar, du pain béni pour faire le buzz pour Marine Le Pen

Il est tellement facile de « taper » sur le Qatar et comme Marine Le Pen a besoin de faire parler d’elle, pour qu’on ne l’oublie pas, elle vient de décréter sur le media Europe 1 « qu’il fallait rompre toute les relations diplomatiques avec le Qatar ». Faire le « buzz » est une chose, connaître son sujet est une autre histoire. Madame Le Pen pense que si le Qatar n’existait plus le terrorisme disparaitrait.

Au tour d’elle,  ses conseillers, ont dû lui parler du Koweït, Emirats Arabes Unis et surtout de l’Arabie saoudite qui ont tous encore plus de moyens que le Qatar et qui ne se privent pas d’aider des groupes islamistes qui bien souvent « tournent »  au radicalisme islamique.

Le Qatar en soutenant les Frères musulmans a essayé de proposer une autre solution au radicalisme islamique. Loin d’être un succès, cette expérience mériterait d’être enrichie, mais elle n’a aucune chance tant que l’Arabie saoudite n’a pas fait son « aggiornamento ». C’est ce pays et les USA faiseurs de rois, qui ont les clés du futur du Moyen Orient. En mettant fin à l’expérience égyptienne des Frères musulmans qui aurait mérité de nombreuses modifications, l’ensemble du Moyen Orient se retrouve sans perspectives sinon de retomber dans les ténèbres saoudiennes.

Lorsque l’Etat islamique matérialise un nouveau Califat appelant l’ensemble des musulmans à le rejoindre, le Calife s’en prend directement à l’autorité des pétromonarchies du Golfe et bien au-delà. Il fait croire qu’il existe une autre voie que l’immobilisme actuel. Trop pressé le « nouveau Calife » a commis l’erreur de s’en prendre à des symboles occidentaux, poussant ces derniers à défendre ” leurs sources d’approvisionnement de pétrole, les chrétiens d’Orient et autres communautés.” L’effet des décapitations des deux journalistes non seulement n’a pas inspiré la peur prévue mais a été la justification notamment aux USA du nouvel engagement militaire américain.

Tirant les leçons du passé, ceux-ci s’entourent d’une coalition hétéroclite mais qui permet de sauver la face. C’est bien eux qui feront avec les Kurdes et autres irakiens le gros du « job ». L’Arabie saoudite et ses filiales ont immédiatement rejoint la coalition étant ainsi lavés de tous les « péchés commis ». Le Qatar s’est joint aussi à cette « grande coalition » mais apparemment pour Marine Le Pen ses « fautes » sont éternelles et il faut donc éliminer le « grand Satan ». Nous avons bien compris, Marine Le Pen se sent plus proche de l’Arabie saoudite que du Qatar.