La base américaine au Qatar d’al- Udeïd est-elle en sursis ?

Si pour l’année 2014 les américains restent au Qatar au-delà c’est peu probable et si en plus l’accord avec l’Iran se confirme tout ira très vite malgré ce que raconte le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel.

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel essaie de rassurer

C’est RTL qui fait part d’un discours du secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel qui indique vouloir maintenir la présence actuelle de 35 000 hommes ainsi que le matériel correspondant dans le Golfe. Mais il faut se poser la question de savoir quel type d’armée auront besoin à l’avenir les US, pour savoir que dans 3 à 5 ans avec la révolution des matériels qui arrive, ils n’auront plus besoins d’engager d’hommes sur le terrain dans des territoires hostiles.

Les conséquences économiques et politiques font que les US développeront de plus en plus une guerre « PlayStation » au détriment des matériels classiques qui tout en existants vont diminuer fortement. Une base comme celle d’al- Udeïd est à terme condamné. En outre les US vont s’appuyer sur les armées françaises et d’autres pour des interventions sur le terrain et ils apporteront l’aide logistique nécessaire cette situation va dans le sens des intérêts d’Obama et de Hollande notamment en Afrique.

 

L’émir Tamim anticipe la fin de la base d’al- Udeïd

Les commandes de chars Leopard, des avions de type Rafales ou de ses concurrents, le service militaire pour les qataris de 4 mois tous ces éléments anticipent la fin possible de la base d’al- Udeïd au Qatar. En outre la récupération d’une grosse partie de ces territoires, dépollués avant de partir, est une affaire économique non négligeable.

Politiquement le départ des américains s’il est préparé peut être une démonstration sur le papier de la puissance de l’émir Tamim, il pourra dire « il n’y a plus d’armées américaines en nombre dans mon pays ». Un certains nombre de signes montrent que l’émir Tamim se radicalise et amorce un retour en arrière notamment au niveau des libertés. Il se laisse de plus en plus déborder par des religieux qui maillent le terrain qatari non seulement auprès des résidents mais aussi des expatriés. Comme l’indiquait récemment un de nos lecteurs les petits Vans qui circulent dans le pays appelant à la prière mais incitant à rejoindre la religion officielle du Qatar ne peuvent pas passer inaperçus.

Il faut aussi intégrer l’intervention des américains en matière de politique étrangère du Qatar. A plusieurs reprises des intérêts contradictoires ont surgis notamment sur l’Egypte, la Syrie, la Palestine. L’abandon des américains des « Frères Musulmans » en Egypte a été le point culminant des divergences entre US et Qatar. Le Qatar a été prié de revenir dans ses territoires et modifier sa politique interventionniste. Il faut se rappeler que l’émir Tamim participait à cette politique étrangère avec un premier ministre HBJ qui ne lui facilitait pas la tâche. Aujourd’hui les deux pays font publiquement bonne figure mais la réalité est sans doute plus complexe c’est pour cela qu’il est probable que l’émir Tamim se prépare à la fin prochaine d’al- Udeïd.

2 Comments

  1. Pouvez vous me renseigner sur le nombre de militaires américains déployés au Qatar? Vivent-ils isolés dans leur camp ou leur présence est-elle remarquable á Doha? merci

    • Pour avoir ces renseignements il faut envoyer un mail, vous trouverez l’adresse sur le site ou appeler au téléphone indiqué sur le site

Les commentaires sont fermés.