La fécondité après 40 ans ne cesse d’augmenter depuis 1980

Un document Insee produit par Fabienne Daguet.

En 2019, 10,2 enfants pour 100 femmes de 40 à 50 ans

La fécondité « tardive » – à 40 ans ou plus – augmente depuis les années 1980. Auparavant, elle n’avait cessé de diminuer depuis la fin des années 1940. Ce rebond est à replacer dans le mouvement de hausse de l’âge moyen à l’accouchement depuis le milieu des années 1970. Dans les conditions de fécondité par âge de 2019, 100 femmes auraient au total 10 enfants entre 40 et 50 ans.

Parmi les femmes qui travaillent ou ont déjà travaillé, les cadres ont la plus forte fécondité tardive : 11 enfants pour 100 femmes, contre 9 dans les autres groupes sociaux. La fécondité tardive est plus élevée chez les femmes nées à l’étranger que chez celles nées en France. C’est le cas dans chaque groupe social, la différence étant moins marquée surtout parmi les cadres.

Près d’une naissance tardive sur trois survient au sein des couples n’ayant pas d’enfant commun. La moitié ont lieu au sein de couples qui ont déjà un enfant commun vivant au domicile : six fois sur dix, l’enfant né après 40 ans est leur troisième enfant ou plus. À l’inverse, un quart des bébés issus de grossesses tardives sont les premiers de leur mère, et davantage, un tiers, lorsque celle-ci est cadre.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.