La cyberdéfense, priorité ministérielle et enjeu militaire en France

Face à la multiplication des cyberattaques, le ministère français des Armées prévoit d’embaucher 770 cybercombattants en plus des 1100 initialement prévus d’ici 2025.

L’augmentation des attaques informatiques

La garantie de la souveraineté numérique de la France constitue un nouveau défi pour la Nation comme pour les armées.

La plupart des luttes de pouvoir, des crises et des conflits contemporains connaissent aujourd’hui un développement dans l’espace numérique. Les armées intègrent désormais le combat cybernétique comme un mode d’action à part entière dont les effets se combinent aux autres dans une manœuvre globale, tout en continuant à distinguer le temps de paix du temps de conflit armé.

Enjeu et priorité stratégique, la cyberdéfense est garante de la souveraineté nationale. En lien avec de nombreux acteurs, le ministère des Armées participe activement à la protection, à la défense des systèmes d’information et à la conduite de opérations dans le cyberespace.

archives

La compétition et la conflictualité ne se limitent plus, désormais, aux seuls milieux traditionnels, Terre, Mer, Air et à l’espace. Elles se sont étendues à ce nouveau champ au fur et à mesure que croissait l’utilisation des données numériques. Le cyber est désormais envisagé comme arme d’emploi dans toutes les opérations.

La revue stratégique de défense et de sécurité nationale de 2017 et la revue stratégique de cyberdéfense de février 2018 ont ainsi reconnu le rôle majeur de la cyberdéfense militaire. Cette consécration a trouvé sa traduction dans la Loi de programmation militaire 2019-2025 qui a acté l’augmentation significative des moyens financiers et humains à hauteur de 1,6 milliard et le recrutement de 1100 cybercombattants.

Cet effort vient répondre à une nécessité qui se fait chaque jour plus pressante. Les travaux doctrinaux publiés en 2019 sur la Lutte informatique défensive – LID – et la Lutte informatique offensive – LIO – dans les opérations militaires complètent la stratégie de cyberdéfense et contribuent à la préparation de l’avenir des opérations militaires en intégrant graduellement cette nouvelle capacité à la manœuvre d’ensemble des armées.

Source : Mise à jour  : 18/03/2021 – Direction : DICOD

Actualisé au 9 septembre 2021

Face à la multiplication des cyberattaques, le ministère français des Armées prévoit d’embaucher 770 cybercombattants en plus des 1100 initialement prévus d’ici 2025.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.