Antonio Guterres : feu vert pour un second mandat

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a recommandé, mardi, la candidature du Portugais António Guterres à la tête du Secrétariat de l’ONU pour un second mandat de cinq ans.

Le Conseil de sécurité est OK

A l’issue d’une courte réunion à huis clos, les membres du Conseil de sécurité ont adopté par acclamation une résolution dans laquelle ils recommandent à l’Assemblée générale des Nations Unies de nommer M. Guterres pour un second mandat allant du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2027.

M. Guterres, 72 ans, occupe actuellement les fonctions de Secrétaire général des Nations Unies depuis le 1er janvier 2017. Son mandat actuel expire à la fin de cette année.

« Nous avons tous vu le Secrétaire général en action. Je pense qu’il a été un excellent Secrétaire général », a déclaré le Président du Conseil de sécurité, l’Estonien Sven Jürgenson, lors d’un point de presse organisé après la réunion.

« C’est un bâtisseur de ponts. Il est capable de parler à tout le monde. C’est ce qu’on attend d’un Secrétaire général et il a prouvé sa valeur au poste qu’il occupe depuis maintenant près de cinq ans », a-t-il ajouté.

M. Guterres s’est dit très honoré par la recommandation faite par le Conseil de sécurité. Dans un communiqué publié mardi, il a exprimé sa reconnaissance « aux membres du Conseil pour la confiance qu’ils m’ont témoignée » ainsi que sa gratitude au Portugal pour avoir proposé à nouveau sa candidature.

« Ce fut un immense privilège d’être au service de « nous, les peuples » et à la tête des femmes et des hommes extraordinaires de cette Organisation depuis quatre ans et demi, alors que nous avons été confrontés à tant de défis complexes », a t-il déclaré.

« Poursuivre, en tant que Secrétaire général des Nations Unies, les buts et principes de la Charte est un devoir des plus nobles », a souligné M. Guterres, indiquant qu’il serait « profondément touché » si l’Assemblée générale lui confiait les responsabilités d’un second mandat.

Une seule candidature dans le cadre d’un processus « transparent » et « démocratique »

Toute personne souhaitant pouvoir être considérée comme candidat au poste de Secrétaire général de l’ONU doit être soutenue par au moins un Etat membre de l’Organisation. A ce jour, M. Guterres est le seul postulant à avoir rempli cette condition.

« Cette fois, aucun autre Etat n’a présenté de candidat », a précisé le Président du Conseil de sécurité, l’Estonien Sven Jürgenson, soulignant toutefois que le processus a été « transparent » et « démocratique ».

La candidature de M. Guterres a été présentée le 26 février dernier par le gouvernement de son pays, le Portugal, aux Présidents du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le Président du Conseil de sécurité a indiqué que « la torche » est désormais dans les mains de l’Assemblée générale qui doit formellement approuver cette recommandation. Selon lui, l’approbation par l’Assemblée générale de la recommandation de la candidature de M. Guterres aura « très probablement lieu » le 18 juin.

Premier Ministre du Portugal de 1995 à 1992, António Guterres a été Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés de 2005 à 2015. Il parle couramment le portugais, l’anglais, le français et l’espagnol.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.