Les trois engagements du sommet social de Porto, mai 2021

Le Parlement européen, le Conseil et la Commission ont proclamé le socle européen des droits sociaux en 2017 lors du sommet de Göteborg, à Porto en 2021, ils déclarent qu’il est temps de produire des résultats.

L’engagement du Sommet social de Porto est un engagement en faveur de l’avenir et de l’espoir

Dans un engagement du Sommet social de Porto conjoint, les partenaires ont souscrit aux trois grands objectifs pour 2030 du plan d’action du socle européen des droits sociaux de la Commission:

1) au moins 78 % des personnes âgées de 20 à 64 ans devraient avoir un emploi;

2) au moins 60 % des adultes devraient participer à des activités de formation chaque année;

3) le nombre de personnes menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale devrait diminuer d’au moins 15 millions, dont au moins 5 millions d’enfants.

Cet engagement a été pris dès le premier jour du Sommet social de Porto par la présidente de la Commission européenne, le président du Parlement européen, le premier ministre portugais exerçant actuellement la présidence du Conseil de l’Union européenne, les partenaires sociaux européens et les organisations de la société civile. Ces acteurs se sont également engagés à mettre tout en œuvre pour construire une Europe plus inclusive et plus sociale. Ils ont salué le plan d’action sur le socle européen des droits sociaux et se sont engagés plus fermement à traduire les principes de ce socle en actions concrètes afin d’entraîner une reprise forte, équitable et créatrice d’emplois.

Le Sommet d’aujourd’hui est un moment charnière pour les droits sociaux en Europe, à l’heure où les partenaires sociaux et la société civile exhortent les chefs d’État ou de gouvernement de l’UE à approuver le plan d’action et ses grands objectifs et à fixer des objectifs nationaux ambitieux à même de contribuer à atteindre les objectifs européens.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré à ce sujet: «Les objectifs sociaux de l’Europe doivent aller de pair avec ses objectifs écologiques et numériques. Nous souhaitons nous rapprocher du plein emploi, offrir à plus d’Européens un accès aux compétences dont ils ont besoin et garantir l’égalité des chances à tous dans une économie plus numérique et durable. Le Sommet social de Porto symbolise notre engagement conjoint en faveur d’une Europe sociale adaptée à l’époque dans laquelle nous vivons et qui profite à tous.

Le premier ministre portugais, António Costa, s’est exprimé en ces termes: «L’engagement du Sommet social de Porto est un engagement en faveur de l’avenir et de l’espoir. Aujourd’hui, nous sommes arrivés à la conclusion que nous n’aurons des sociétés plus prospères et plus justes que si, en plus d’atteindre les objectifs climatiques et numériques que nous nous sommes fixés, nous mettons en œuvre notre socle social.»

La conférence de haut niveau sera suivie d’une réunion informelle des chefs d’État ou de gouvernement de l’UE le samedi 8 mai.

Il est temps de produire des résultats

Dans cet engagement conjoint, les signataires se félicitent du plan d’action sur le socle européen des droits sociaux présenté par la Commission début mars, qui définit des actions concrètes visant à poursuivre la mise en œuvre des 20 principes du socle. Ce plan d’action propose également de grands objectifs en matière d’emploi, de compétences et d’inclusion sociale à l’échelle de l’UE qui devraient être atteints d’ici à 2030. Il aidera l’Europe à faire face aux transformations induites par l’évolution de la société, des technologies et de l’économie et par les conséquences socio-économiques de la pandémie, et permettra de faire en sorte que personne ne soit laissé pour compte dans la double transition numérique et écologique.

Gros plan sur l’emploi, les compétences, la lutte contre la pauvreté et la diminution de l’exclusion sociale

La pandémie de COVID-19 a eu une incidence socio-économique profonde et lourde de conséquence. Si la réponse collective des États membres et de l’UE a contribué jusqu’à présent à préserver l’emploi et les moyens de subsistance ainsi qu’à contenir de nombreux effets négatifs de la pandémie, le chômage et les inégalités risquent toutefois de persister et d’augmenter. Les participants à la conférence de haut niveau appellent donc les dirigeants de l’UE à affecter des ressources là où elles sont le plus nécessaires.

Les décideurs politiques devraient concentrer leurs efforts sur la reprise de l’emploi et la création d’emplois de qualité, ainsi que sur les investissements en faveur de l’apprentissage tout au long de la vie, qui permet d’acquérir des compétences nouvelles ou supplémentaires nécessaires pour réussir les transitions verte et numérique, et sur la réduction de la pauvreté et de l’exclusion sociale en promouvant l’égalité des chances pour tous.

Contexte

Le Parlement européen, le Conseil et la Commission ont proclamé le socle européen des droits sociaux en 2017 lors du sommet de Göteborg. Il s’agit d’un ensemble de vingt principes et droits essentiels pour doter l’Europe du XXIe siècle de marchés du travail et de systèmes de protection sociale qui soient équitables et qui fonctionnent bien. Le socle s’articule autour de trois chapitres intitulés: 1) Égalité des chances et accès au marché du travail; 2) Conditions de travail équitables; et 3) Protection sociale et inclusion sociale.

Archives

Le plan d’action sur le socle européen des droits sociaux 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.