Carrefour : dans un monde ouvert il ne faut pas être naïf

Il y a t- il un intérêt pour les français à ce que Carrefour tombe dans l’escarcelle du canadien Couche-Tard ?

L’État a dit non au rachat de Carrefour par un groupe québécois

 Bruno Le Maire a rappelé le rôle de Carrefour pendant cette année de pandémie, la mobilisation de son personnel et son engagement auprès de la filière agroalimentaire.

 Il y a t- il un intérêt pour les français à ce que Carrefour tombe dans l’escarcelle du canadien Couche-Tard ?

Certainement pas pour les salariés, chacun sait qu’en cas de fusion – absorption l’essentiel du pouvoir décisionnaire ne resterait pas en France. En outre on peut toujours critiquer la politique sociale de Carrefour, celle du financier canadien tirerait vers le bas les avantages sociaux.

Quant au consommateur rien ne garantit que Couche-Tard continue à favoriser le bio et le local.

Nicolas Barré, sur Europe 1 dit : Dans un monde ouvert, il faut choisir ses combats. Carrefour ne fabrique pas des sous-marins nucléaires. Il y a un distingo à faire entre les industries de souveraineté et le reste...

Monsieur Barré, dans un monde ouvert il ne faut être naïf, la sécurité alimentaire et les emplois d’un groupe comme Carrefour sont d’une nécessité vitale pour la France.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.