Chaillevette, Guy Mary ambitionne de conquérir la mairie en 2020

Lors de la réunion publique du 16 janvier 2020, celui qui postule à la place de maire de Chaillevette et qui conduit la liste “Bien vivre ensemble” s’est présenté.

Je m’appelle Guy MARY

Je suis âgé de 70 ans, je suis marié, et nous avons mon épouse Colette et moi, 4 enfants et 5 petits enfants. Un des enfants réside d’ailleurs sur la commune.

Je suis né à Paris d’un père parisien et d’une mère Oléronnaise, de Dolus précisément. Dolut comme disait ma grand-mère. Mes parents ont vécu leur retraite (30 ans) dans la maison familiale à Dolus.

Dolus où j’ai passé une partie de mon enfance et où mon grand-père m’a appris les bases les plus “fondamentales” de la vie : pêcher à pied, pêcher les anguilles dans les marais, ouvrir les huîtres, jouer aux boules (la lyonnaise), au billard et monter les éclades de moules.

Je suis l’aîné d’une fratrie de 4 enfants, dont deux, ma sœur et mon frère, vivent toujours dans l’île d’Oléron.

J’ai fait mes études secondaires à La Rochelle au lycée Fromentin, et universitaires à Poitiers et à Paris où j’ai obtenu un diplôme de journalisme.

Ma vie a alors bifurqué, et peut être parce que je pensais que mes études n’étaient pas abouties, j’ai passé un CAP de menuisier et ai travaillé pendant cinq ans d’abord comme ouvrier puis comme artisan.

En 1982, j’ai eu la chance d’entrer au Conseil général à La Rochelle où j’ai occupé différents postes à responsabilité : A la direction des Finances, puis à la DSD (Direction de la Solidarité Départementale).

Dans le cadre de la formation continue, en 2001, j’ai réussi le concours du CAFDES (Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Directeur d’Etablissement Social) ce qui a conduit le Président du Conseil Général de l’époque Claude BELOT à me confier la direction de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) que j’ai créée en 2005 et que j’ai gérée jusqu’à ma retraite en 2009.

Cela fait presque 10 ans que je vis avec Colette, dans ce village atypique et pittoresque dont nous apprécions beaucoup la qualité de vie, les Chaillevetonnes et Chaillevetons.

Nous nous sentons intégrés à la vie locale à travers notre participation associative, avec un certain nombre de colistiers ici présents, et en ce qui me concerne, l’activité vélo que je partage le dimanche matin avec d’autres autochtones.

Je ne connaissais en arrivant que Vincent GRIOLET qui en 2014 m’a sollicité pour intégrer son équipe municipale.

Premier adjoint depuis un an, j’ai envie de poursuivre mon investissement pour la commune en conciliant 2 forces qui m’apparaissent essentielles à la vie et à la prospérité du village :

–  Affirmer son identité et sa lisibilité.

–  Répondre aux besoins et attentes de ses habitants, par une écoute permanente en utilisant les outils de la modernité.