Violences policières un air de déjà vu en France

Une vidéo de jeudi 9 janvier 2020, lors de la manifestation contre la réforme des retraites à Paris, montre un policier tirer à bout portant sur un manifestant, les forces de l’ordre sont-elles hors contrôle ?

On veut nous empêcher de manifester

Chaque jour de manifestation comporte désormais son lot d’images montrant des forces de l’ordre hors de contrôle, comme une gréviste de l‘UNSA le crane ouvert ou un tir de LBD à bout portant. Les blessés se comptent désormais par dizaines. Si pour les premières manifestations les incidents étaient rares, maintenant ils se multiplient.

Ces violences policières sont dénoncées aussi hors manifestations comme l’affaire de Cedric qui meurt lors d’une simple interpellation. Le tweet de Gérard Miller @millerofficiel en dit long : J’ai vu la vidéo de la mise à mort de Cédric. Comment vivre dans une société où la police perd littéralement la tête ? Je reprends les mots du père de Cédric lors de sa conférence de presse : « On n’est pas faits pour ça. »

Un air de déjà vu, cela rappelle les gilets jaunes. On veut nous faire peur pour nous empêcher de manifester indiquent les grévistes.

Les grèves risquent de durer longtemps encore car ce n’est pas l’épisode de l’âge pivot qui est l’élément essentiel de ce changement profond de régime mais bien la retraite par points.

Il est probable que si la CFDT et l’UNSA se couchent devant le gouvernement les conflits continuent. Or, si les forces de l’ordre continuent leur escalade de violences, la réponse des grévistes pourrait être une radicalisation tout aussi violente. Si les gilets jaunes se comptaient par dizaines de milliers, les grévistes contre la retraite à points se comptabilisent en centaines de milliers et il est fort probables que l’on bascule rapidement dans une situation insurrectionnelle.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.