Gilets jaunes acte 46, réflexions et actions

Avignon, Toulouse, Paris, Nice, Bordeaux, Montpellier et bien d’autres villes de France où les gilets jaunes s’exprimaient.

Toujours là, même si les médias n’en parlent peu

L’actualité liée à la mort du président Chirac et l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, classée Seveso offrent l’occasion aux médias de passer sous silence l’essentiel des manifestations des gilets jaunes.

A Avignon, ils sont pourtant plusieurs centaines à se réunir pour deux journées d’universités citoyennes organisées par la section PACA. Installés au parc des Libertés, sur l’île de la Barthelasse. Les militants entendent réfléchir à l’avenir du mouvement et espèrent parvenir à une “convergence de toutes les tribus militantes”. Priscillia Ludosky un des piliers des gilets jaunes était présente.

A Toulouse aux cris « d’anticapitaliste » plus d’un millier de gilets jaunes manifestait bruyamment et quelques affrontements ont même eu lieu avec les forces de l’ordre. La banderole « Marre de survivre On veut vivre » montrait la ligne revendicative.

A Paris, au-delà de la manifestation déclarée, certains gilets jaunes ont joué aux « coucous » en prenant la tête de la 21e Techno Parade, alors qu’ils n’étaient pas invités.

À Bordeaux, des Gilets jaunes, pour la plupart sans gilet, ont défilé samedi dans le sillage de la manifestation pour le droit à l’avortement. Les défenseurs de l’avortement, surtout des femmes, ont mené la marche avec slogans et chants féministes et les Gilets jaunes ont suivi en scandant leurs propres revendications.

A Montpellier des heurts se sont aussi produits, selon la police, quatre policiers ont été légèrement blessés et neuf manifestants interpellés, pour jets de projectiles, outrages, menaces, injures et rébellion. La section locale de la LDH, présidée par l’avocate Sophie Mazas, a pour sa part dénoncée des violences policières, dont des « interpellations avec étranglement.»

A Nice, la militante Geneviève Legay, qui avait été blessée en mars lors d’une manifestation, est apparue dans le cortège. « Je serai là jusqu’au bout, jusqu’à ma mort », a-t-elle expliqué à Nice Matin.

Ce samedi 28 septembre 2019, environ 200 personnes ont défilé dans les rues de Caen malgré l’interdiction préfectorale.

A Tours, des Gilets jaunes bloquent les trams à chaque passage puis les laissent repartir.

Avignon, Toulouse, Paris, Nice, Bordeaux, Montpellier et bien d’autres villes de France où les gilets jaunes s’exprimaient pour cet acte 46 montrant que l’esprit gilet jaune est toujours là.