Le Qatar sortira grandi du conflit en cours

Les causes invoquées par certains pays du Golfe et quelques alliés contre le Qatar, tels que le terrorisme ou le rapprochement avec l’Iran, cachent les véritables objectifs des belligérants,  peser sur les dirigeants du Qatar et sa souveraineté.

L’émir Tamim bin Hamad al Thani est particulièrement visé

Celui que l’on nomme « le jeune émir du Qatar » connait parfaitement les travers de ceux qui ont décidé de s’en prendre à son pays. Son père, l’émir Hamad lui a souvent répété cette phrase « Je crains autant l’Arabie saoudite que l’Iran. » Les liens avec l’Iran, reprochés ces jours-ci au Qatar, ne sont pas nouveaux et sont connus. Ces deux pays partagent le plus grand gisement au monde de GNL (Gaz Naturel Liquéfié). Les liens sont basés sur un respect mutuel et rien d’autre.

Concernant le terrorisme ou les dossiers délicats internationaux, avant même qu’il soit émir, pendant plus de 10 ans, le Prince Tamim a été le représentant de son père sur ces sujets. Il connait les dessous de tous les dossiers « épineux » du Moyen Orient et pourrait écrire plusieurs livres. Il pourrait ainsi parler longuement de l’Arabie saoudite, des Emirats Arabes Unis, du Bahreïn ou bien de l’Egypte et de bien d’autres. C’est  un homme gênant qu’il faut éliminer du jeu politique notamment du CCG.

Je vous invite à lire de livre de Chesnot et Malbrunot « Qatar : les secrets du coffre-fort » qui montre que le prince héritier Tamim connait tous les dessous de ce qui s’est passé au Moyen Orient. Et puis n’oublions pas que son père l’ancien émir du Qatar est toujours à ses côtés. L’émir Hamad qui a été débarqué par les américains pour faire plaisir aux belligérants d’aujourd’hui, n’a pas envie que son fils subisse le même sort.

La bataille que conduisent l’Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis et le Bahreïn n’a rien à voir avec le terrorisme ou les liens avec l’Iran. C’est bien de la souveraineté du Qatar qu’il s’agit. Si le conflit s‘est accéléré, c’est qu’il y a des raisons factuelles. Dans les mois à venir, le Qatar devrait disposer des premiers avions de combat de type Rafales et puis d’autres armes d’attaque et de défense. Sans compter les milliers de soldats turcs, sans doute bien plus que prévu. Ce que l’émir Hamad n’avait pas réalisé, armer son pays, Tamim son fils est en voie de le réaliser et cela déplaît par-dessus tout à ses voisins notamment les Emirats Arabes Unis.

L’émir Tamim ne lâchera rien d’important. En matière de terrorisme il a entrepris de « serrer les boulons » depuis près de deux ans, l’administration américaine le confirme depuis plusieurs mois. Le seul à ne pas le voir c’est le président Trump, mais sans doute il n’a aucune envie de le voir, car  il espère bien en faisant son « cirque » engranger des contrats énormes auprès de l’Arabie saoudite. Trump ferait quand même bien de se méfier car les saoudiens sont de redoutables négociateurs qui promettent beaucoup mais ont la science de « l’embrouille » pour faire traîner, son mandat pourrait se terminer avant qu’il touche le premier dollar.

La question que l’on peut se poser, les US vont- ils livrer des armes au Qatar dans les mois à venir, par exemple des hélicoptères Apaches ?

L’autre question que l’on peut se poser, que fera Trump si l’émir Tamim ne lâche rien, demandera- t-il à ses soldats basés au Qatar de retourner les armes contre les qatariens ?