Le Qatar organise la clandestinité sur son sol

L’amnistie en cours jusqu’au 1er décembre 2016 peut permettre de quitter le Qatar, seulement si vous disposez de documents attestant votre identité. Dans le cas contraire vous êtes condamnés à la clandestinité. Or le ministère de l’intérieur menace ces personnes de prison.

 

Le Qatar se moque de certains travailleurs en situation illégale sur son territoire

Lorsque la loi sur l’amnistie des expatriés en situation illégale a été annoncée, nous étions nombreux à dire qu’enfin le Qatar prenait conscience d’une triste réalité sur son sol. Mais rapidement dans l’application, comme d’habitude, nous avons déchanté. Un employeur indélicat qui a confisqué les papiers d’un expatrié et qui refuse de lui rendre, met ce salarié dans une situation « impossible », car il ne pourra pas quitter le Qatar. L’amnistie en cours jusqu’au 1er décembre 2016 peut permettre de quitter le Qatar, seulement si vous disposez de documents périmés attestant votre identité. Dans le cas contraire vous êtes condamnés à la clandestinité.

Des centaines de personnes sont dans ce cas, elles ne pourront pas quitter le Qatar et devront vivre en clandestinité, au risque de finir en prison à tout moment pour une période indéterminée.

Les autorités qatariennes doivent réagir en modifiant et prolongeant de 6 mois cette amnistie. Ils doivent traiter le cas de ces « sans papiers » en obligeant les employeurs indélicats à leurs rendre les papiers d’identité et ou en prenant contact avec leur pays d’origine. Il est inimaginable qu’un pays digne de ce nom organise sur son propre territoire une situation de clandestinité.