Doha le 15 septembre 2016, la crédibilité du Qatar en berne

L’émir du Qatar rencontre aujourd’hui à Londres Theresa May le Premier Ministre du Royaume Uni.

L’émir du Qatar doit améliorer sa crédibilité dans l’intérêt de son pays

Tamim al Thani émir du Qatar est aujourd’hui à Londres dans le cadre d’une visite officielle. Les liens entre les deux pays sont historiques, économiques, militaires, sociaux… Les grandes familles du Qatar possèdent souvent une ou plusieurs maisons ou appartement à Londres où résident en permanence plus de 5 000 qatariens. Ces liens extra ordinaires ont besoins régulièrement d’être entretenus, peut être encore plus en ce moment, suite à la décision du Royaume Uni de quitter les institutions européennes. Le brexit a eu raison de David Cameron remplacé par Theresa May et le nouveau Premier ministre a besoin d’échanger avec un des plus important soutien du Royaume. Il est probable que Theresa May demande à l’émir du Qatar de ne rien faire pour compliquer les relations économiques, ce qui pourrait conduire à un effet d’enchainement dramatique pour l’économie britannique.

L’agence officielle du Qatar QNA, a publié un communiqué à la suite de la rencontre.

Photo QNA - L'émir Tamim rencontre Theresa May
Photo QNA – L’émir Tamim rencontre Theresa May

Pendant ce temps-là à Doha les rues s’animent car dimanche, premier jour travaillé de la semaine, c’est la rentrée des classes avec 300 000 étudiants qatariens, étrangers et expatriés. L’essentiel des familles qatariennes sont de retour, souvent après plusieurs semaines d’absences pour congés. Les qataris profitent de ce moment de fête religieuse comme l’indique le media Doha News « Qatar residents are taking full advantage of the Eid Al Adha holidays this week by going out and celebrating at several venues around town

L’émir Tamim avant de décoller pour Londres, avec l’avion officiel du Qatar, a indiqué «que les relations entre (les pays arabes du) Golfe et l’Iran doivent être basées sur le bon voisinage et le respect mutuel“, “Toute dispute entre le Golfe et l’Iran doit être réglée par la négociation et le dialogue”.

Si par le passé, l’Iran était attentif aux messages du Qatar, depuis que son voisin qatarien est en guerre aux côtés des saoudiens contre les « Houthies, » chiites du Yémen soutenus par l’Iran, sa parole est moins crédible.