Le Qatar doit créer un fonds de garantie des salaires

La loi de surveillance du paiement du salaire au Qatar doit être complétée par un fonds de garantie du paiement des salaires. Afin de faire face aux dépôts de bilan ou autres procédures de sauvegarde, mais aussi en cas de disparition du dirigeant de l’entreprise.

 

130 travailleurs népalais en difficultés au Qatar

La peur de finir en prison, en cas de difficultés économiques, pour certains employeurs expatriés qui travaillent au Qatar, les conduits à fuir le pays, laissant en plan leurs salariés expatriés. Ceux-ci se retrouvent sans ressources, incapables d’engager des procédures et de rentrer au pays. S’ils sont parfois assistés par leurs ambassades bien souvent ils sont livrés à leur triste sort.

Voici le cas de ces 130 travailleurs népalais en difficultés au Qatar évoqué par la presse népalaise. – They were working for Al Sahaba Building Construction, Asasa Engineering, Insight Advanced Construction and Paradise Trading and Supplies companies in Sanaya-18. According to workers, all these companies were managed by someone called Mishri. “Our condition has worsened after Mishri ran away, leaving us stranded,” said Pahalman Pun of Rolpa. Workers said they have not received salary and other allowances since April. -…

La loi de surveillance du paiement du salaire au Qatar doit être complétée par un fonds de garantie du paiement des salaires. Afin de faire face au dépôt de bilan ou autre procédure de sauvegarde, mais aussi en cas de disparition du dirigeant de l’entreprise. Cette disposition qui pourrait être financée par une cotisation modique, payée par l’ensemble des employeurs du Qatar, aurait à la fois comme objet de payer les salaires non perçus, mais aussi d’assister les salariés afin que la procédure de clôture de la société soit effective. Le drame vécu par ces salariés laissés à l’abandon, c’est qu’ils doivent en outre avancer les frais de procédure pour déposer plainte, or ils n’ont pas toujours les moyens de le faire.

Affaire à suivre…