Qatar une communication sur la Coupe du monde 2022 désespérante

La presse internationale ne lâchera pas le Qatar sur les conditions de travail et de vie des expatriés dans ce pays. Le rapport d’Amnesty international de ce jour démontre que le Qatar se moque de l’opinion publique internationale et que malgré les promesses rien de sérieux n’est accompli.

 

Des vessies pour des lanternes

Est-ce que c’est rentable d’être un sponsor de la Coupe du monde 2022 au Qatar ? C’est la question que se posent plusieurs sponsors comme Coca Cola et Visa qui pourraient bien être les victimes collatérales de l’opinion publique internationale.

Comment nous en sommes arrivés là ? Voici un communiqué que l’on peut trouver sur le site de l’Ambassade du Qatar en France qui explique le contexte :

“Au début de ce mois, le gouvernement de l’Etat du Qatar a organisé un voyage de presse pour des reporters du Royaume-Uni, de l’Europe et de la région, en vue de leur permettre une meilleure compréhension des défis auxquels le Qatar doit faire face et du progrès réalisé concernant la question des travailleurs immigrés. Le bureau de communication du gouvernement a invité une douzaine de journalistes à visiter des lieux de résidence de travailleurs qui sont au-deçà des standards, aussi bien qu’un nombre de nouveaux camps de travailleurs qui viennent d’être réalisés. Une liberté totale a été accordée aux journalistes pour rencontrer toutes les personnes qu’ils voulaient et pour circuler à souhait dans les camps de travailleurs. En outre, nous avions organisé des tables rondes et des entretiens individuels avec le ministre du Travail et des Affaires sociales, le Secrétaire général du Haut Comité des Projets et du Patrimoine et le directeur des affaires des travailleurs à la Fondation du Qatar… “

Bien évidemment certains journalistes de la BBC, se sont échappés du cadre fixé pour la visite officielle pour faire leur propre enquête. Or, la réponse du Qatar fut l’emprisonnement et la récupération des données des journalistes de la BBC. Ce grain de sable est venu « pourrir » la communication idéale imaginé par une société qui conseille le Qatar, sans doute une de ces entreprises qui vit dans une monde irréel, comme le Qatar.

Chacun connait la liberté de penser des journalistes, la presse internationale ne lâchera pas le Qatar sur les conditions de travail et de vie des expatriés dans ce pays, car il y a matière à démontrer qu’entre le discours et la réalité il y a un énorme fossé. Il fallait être sacrément naïf pour croire qu’une simple visite “organisée” pouvait dédramatiser une situation inacceptable pour des centaines de milliers de travailleurs au Qatar.

L’argument avancé par la FIFA qui s’exprimait sur ce sujet, interrogée par des journalistes, indiquant que sur les sites de la construction des stades il n’y avait pas d’ « incidents » et purement désespérant. Les sites de la Coupe du monde 2022 sont au sein d’un contexte d’infrastructures et créations immobilières qui engendrent des centaines de morts par an. Chacun se souvient que le Qatar se vante de mettre près de 200 milliards de dollars sur la table pour cette coupe 2022, aujourd’hui l’argument se retourne contre lui  puisque on parle d’un « tout » et non simplement de quelques stades.

Que restera- t- il de cette conférence de presse « organisée », que le Qatar a certainement quelque chose à cacher et que sur le sujet de fond « l’évolution du droit du travail » rien n’a bougé comme vient de le confirmer un rapport d’Amnesty International publié ce jour.

Conséquence, l’image du Qatar continue à se dégrader et la confiance de l’opinion publique internationale envers les dirigeants de ce pays diminue chaque jour un peu plus. Reste-t-il encore quelques qatariens qui ont le bon sens pour agir et modifier la situation ? Le doute s’accentue et risque de toucher des sponsors importants comme Coca Cola et Visa.

1 Trackback / Pingback

  1. Qatar une communication sur la Coupe du monde 2...

Les commentaires sont fermés.