Le débat sur les caricatures est clos en France

La Une du numéro 1178 du prochain Charlie Hebdo fait déjà polémique. D’aucuns s’offusquent de la représentation du prophète, d’autres parlent d’insultes à 1,5 milliards de musulmans. Si pour les dessinateurs « Tout est pardonné », pour certains musulmans c’est une offense inacceptable. Ceux qui pensaient le problème limité à quelques extrémistes vont s’apercevoir qu’un choc des valeurs est à venir. Mais quand la France se met en mouvement pour faire appliquer ses valeurs, gare à ceux qui lui barrent le chemin.

 

Le vivre ensemble est complexe mais la France a des valeurs sur lesquelles elle ne veut plus transiger

Manuel Valls le premier ministre français, fait un discours poignant devant une Assemblée Nationale debout à plusieurs reprises. Le gouvernement met en place et réfléchit à renforcer la sécurité pour se protéger de quelques extrémistes. Mais les événements risquent de s’emballer, le rythme de la vie démocratique n’est pas le même que celui de la polémique. D’aucuns n’ont pas compris tout le sens de la grande marche du 11 janvier 2015, les français demandent aux politiques de faire appliquer les valeurs de la France. Le vivre ensemble est complexe mais la France a des valeurs sur lesquelles elle ne veut plus transiger. Le blasphème n’existe pas en France lorsqu’on caricature, même dans le cas d’une représentation d’un prophète. Et aucun dessin ne justifie la mort d’un dessinateur.

Or comme l’indique le media, le Huffingtonpost «  L’instance représentant l’islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a ainsi “mis en garde” mardi contre la publication d’un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans Charlie Hebdo. “Cette action est une provocation injustifiée pour les sentiments d’1,5 milliard de musulmans à travers le monde,” a indiqué Dar al-Ifta dans un communiqué. »

Certains journaux anglos-saxons parlent de la Une de Charlie Hebdo à paraitre sans toutefois montrer l’image ce qui fait dire à Todd Pitock de Haaretz «Les médias anglo-saxons ont cédé à la pression des djihadistes».

En France, le président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), Amar Lasfar, prévenait qu’il se tournerait vers la justice dans l’hypothèse d’une nouvelle représentation du prophète.

La Une du numéro 1178 du prochain Charlie Hebdo fait déjà polémique avant même sa parution. Si pour les dessinateurs « Tout est pardonné », alors qu’ils viennent de payer un lourd tribut, pour certains musulmans c’est une offense inacceptable. Ceux qui pensaient le problème limité à quelques extrémistes vont s’apercevoir qu’un choc des valeurs est à venir. Mais quand la France se met en mouvement pour faire appliquer ses valeurs, gare à ceux qui lui barrent le chemin.

Valls a appelé à la réforme de l’islam, tout en indiquant que les musulmans de France devaient être en sécurité sur tout le territoire au nom de la laïcité. Le message est clair pour tous ceux qui ne partagent pas les valeurs de la France. Le vivre ensemble est complexe mais la France a des valeurs sur lesquelles elle ne veut plus transiger.