Le divorce un des fléaux du Qatar

L’alerte avait été donnée il y a plusieurs années avec un taux de 38 % de divorces pour les couples qataris. Un organisme le Family Counselling Centre ( FCC ) avait été mis en place pour aider ces couples mais les résultats se font attendre. Plusieurs journaux locaux en parlent.

L’argent est une des causes majeure du divorce

L’argent, les histoires de dots, les crédits et l’ingérence de la famille font exploser les mariages au Qatar. Plusieurs journaux locaux en parlent.

Plus d’un tiers des mariages se terminent mal à cause de l’argent et crédits excessifs. Pourtant tout et fait pour aider au mariage, l’Etat s’engage en octroyant des primes  et aides pour l’obtention d’un logement.

Même dans les familles les plus aisées les histoires d’argent mais aussi l’intervention des familles rend impossible un mariage serein. Comme l’indiquait un expert récemment : « Les interférences des parents et des proches entretiennent les problèmes et conduisent à l’échec. Souvent, les jeunes couples héritent des conflits antérieurs qui opposent leurs familles respectives, notamment concernant la dot, l’appartement familial, les enfants ».

Mohamed Abul Ala un des dirigeants du FCC a indiqué que sa priorité principale était de lutter contre un taux de divorce élevé dans la communauté. Un programme de counselling pré- mariage ciblant exclusivement les Qataris a été mis en place mettant l’accent sur la gestion de l’argent et insiste sur l’importance de la famille comme unité de base de la société. Les autorités qataries tirent la sonnette d’alarme et estiment que « la destruction de la cellule familiale menace la stabilité de la société dans son ensemble ».

Et les enfants subissent les effets néfastes des conflits des adultes, ce qui nous fait dire qu’il existe une réelle angoisse chez les jeunes qataris.